« Au bord de la mer »

Je m’assois à mon bureau, j’ai encore plein de boulot
je sais qu’il faut bosser pour vivre mais moi j’ai du mal à suivre
Je voudrais tracer ma route et puis foncer au mois d’aout
Mes collègues jouent au con, mon patron c’est leur champion

J’irais bien…

Au bord de la mer,
et plonger dans le sable chaud
Pour qu’enfin, une fois passé l’hiver,
l’été c’est trop bien quand il fait beau
et les mains dans les poches à rien faire,
Pour voir le sable et les bateaux
Là où ren ne pourrait me déplaire
j’irais bien m’assoir au bord de l’eau

Je me sens bien inutile avec mon boulot débile
Quand je regarde à la fenêtre, le soleil peine à paraitre
je n’ai jamais eu de chance et je rumine en silence
devrais je quitter mon travail, faut-il que je m’en aille

Dans la grande ville il fait sombre, je me perd parmi les ombres
j’aimerais fuire cette vie morose, quand pourrais je faire une pause ?
Mais la paperasse m’attend, je pianote dervant l’écran
même si faut se faire une raison, je rève de l’horizon

Je n’ai pas pu résister, hier soir j’ai craqué
au milieu d’une réunion, j’ai traité mes collègues de con
J’ai frappé un peu fort, puis un long silence de mort
personne n’a rien compris, je me suis vite enfui

Laisser un commentaire